Categories

Concert, sport, cinéma...
filtrez les catégories selon vos envies.

 

Air2099 : un devenir sous les traits de IEMZA

Jusqu’au 18 avril 2014, l’exposition Air2099 s’installe au Centre des congrès de Reims. IEMZA fait voir sa conception d’un futur par des dessins et des graphes.

 

Le trouble et le désordre ressortent de ses compositions. Ses créations naissent principalement dans des lieux négligés, sur des murs abandonnés. Aujourd’hui, il œuvre aussi sur des toiles de moyen et grand format. Ses tableaux dégagent une utopie, une sorte de rêve pour l’observateur.

 

Prendre goût à une nouvelle urbanité

« Je travaille les lettres, faire une belle sonorité. Ça me plait ». Le nom IEMZA n’a donc pas de signification particulière. « J’aimais le jeu, le style de vie ». L’artiste découvre le milieu du graffiti par l’intermédiaire du skateboard. « Je ne pensais pas en arriver là aujourd’hui, avoir mon exposition … une vraie coïncidence ». IEMZA reste modeste.

Dans son univers, il a l’occasion de rencontrer d’autres artistes « On se confronte les uns aux autres, on évolue ainsi ». Par rapport à Banksy, le graffeur se retrouve en lui « C’est un mec pertinent, qui se veut populaire ». En effet, il est connu pour son « streetart » à la vue de tous « Il touche tout le monde, c »est ce que je souhaite aussi. Je veux que ça marche visuellement. Pas besoin du bla bla ».

 

Une imagination débordante

« Je suis un dévoreur d’images, de toutes les formes ». Pour IEMZA, il n’y a pas de secrets « Je m’inspire de beaucoup d’architectes, Le Corbusier, Perret et pleins d’autres encore ». Aujourd’hui, c’est difficile d’être innovant « Quand je dessine c’est très instinctif, très naturel ». L’artiste tente de retranscrire l’air d’internet « C’est quelque chose de récurrent, j’essaie de mélanger, de mixer les choses pour transmettre le message ».

Originaire d’Épernay, IEMZA débarque à Reims parce que « la moitié de ma ville a déjà été faite entre 1955 et 1970 ». La Ville de Reims a du potentiel pour accueillir de tels artistes.

 

L’exposition est composée de 23 œuvres. Il redessine l’espace citadin comme un randonneur libre qui tente de s’approprier la nature.

 

Capucine Lantenois

Partager cet article :

 

Vidéos et Articles

 

  • N/A